Un entrepreneur visionnaire qui fait preuve de courage et de compétences

Même jeune garçon, Dietmar avait pour ambition d'être « patron ». Pendant près de cinq décennies, Dietmar Harting a dirigé l'entreprise créée par ses parents en 1945, qui est aujourd'hui la HARTING Stiftung & Co. KG, et a transformé la petite entreprise de taille moyenne en un acteur mondial prospère de son époque. Aujourd'hui, le 15 septembre, le directeur principal de Technology Group situé à Espelkamp - qui a reçu de nombreux honneurs et reconnaissances, notamment pour son fort engagement dans les importantes associations industrielles et les organisations de normalisation - fête son 80ème anniversaire.

Originaire de Berlin, il n'avait jamais pensé à faire carrière dans l'entreprise de haute technologie de ses parents. Le fils aîné de Wilhelm et Marie Harting était plus fasciné par l'histoire et l'archéologie que l'économie et la technologie. Cependant, le père de Harting a contrecarré tous les plans de son fils. Dietmar a d'abord dû choisir l'ingénierie électrique puis a terminé ses études dans le domaine de la gestion d'entreprise après que son frère, Jürgen, de deux ans son cadet, ait commencé à étudier la technologie. En 1967, cinq ans après le décès prématuré du fondateur de l'entreprise, le jeune homme de 27 ans a rejoint l'entreprise familiale, qui affichait à l'époque des revenus de près de 29 million de Deutsch marks et un personnel comptant jusqu'à 1 000 salariés. Harting a d'abord assumé la direction de l'entreprise avec sa mère et son frère (ce dernier est décédé 1973) et l'a dirigée à partir de 1987 avec son épouse, Margrit.

Cela a aboutit à une ère de changement permanent, de grandes décision et d'un développement impressionnant. Après avoir dit adieu aux produits des premières décennies, les gaufriers, les plaques de cuisson et les ampoules à économie d'énergie, l'équipement médical et l'électricité embarquée, les platines et tourne-disques portables par ex., HARTING s'est concentré sur la technologie de connexion. Grâce au Han®, qui avait déjà été breveté en 1956, l'entreprise a établit une norme qui se poursuit aujourd'hui. En plus des connecteurs industriels, HARTING a également atteint une position de leader en tant que fabricant de distributeurs de cigarettes pour l'intérieur et l'extérieur.

L'ouverture d'une filiale à Paris en 1979 a été d'une grande importance et a marqué le début de l'internationalisation de l'entreprise. « Je n'étais pas sûr et je doutais, » a admis plus tard Harting. Toutefois, cette stratégie courageuse a été récompensée et s'est avérée cruciale pour la conquête de marchés importants et le développement de nouveaux secteurs d'activité. Par la suite, des points de vente en Europe, en Amérique et en Asie ont été ouverts rapidement et les premiers sites de production ont été établis en Suisse et en Grande-Bretagne. Les parts de marché étrangères ont doublé de 30 pour cent (1981) jusqu'à 60 pour cent en 1999, atteignant environ
70 pour cent pour l'exercice 2017/2018. HARTING est devenu un groupe technologique international et, grâce à son réseau mondial de développement, de production et de sociétés de distribution, était clairement en voie d'atteindre son objectif qui était de devenir une « entreprise mondiale ».

Bien au-delà des frontières de la région et du pays, Harting est devenu aussi connu que le président des organisations et des comités allemand et internationaux. Il est devenu, en 1998, le premier directeur d'une PME à diriger l'influente Association centrale de l'ingénierie électrique et de l'industrie électronique (ZVEI) et a mené l'association vers des eaux plus sûres suite au tumulte causé par la fondation de Bitkom.  Après son départ en 2004, ZVEI l'a nommé président d'honneur à vie. La même année, Harting est devenu membre du comité de la Fédération des industries allemandes (BDI) et, à partir de 2003 jusqu'en 2009, a dirigé l'institut allemand de normalisation (DIN), qui l'a remercié pour son travail en lui présentant la bague d'honneur DIN. Les chanceliers fédéraux Helmut Kohl, Gerhard Schröder et Angela Merkel ont nommé l'entreprise située à Espelkamp au « Conseil pour la recherche, la technologie et l'innovation » et à l'initiative « Partenaires pour l'innovation ». Au niveau international, « M. Standardisation » - comme l'a appelé l'ancien Commissaire européen Günter Verheugen - il a été nommé à la tête de l'association européenne des fabricants de composants électroniques (EECA) et du Comité Européen de Normalisation Électrotechnique (CENELEC).

En 2009, Dietmar Harting a été honoré par un doctorat honorifique de la Leibniz Universität de Hannovre pour son engagement exceptionnel en tant qu'entrepreneur et mécène de la science et de la technologie dans les associations et les organisations. In 2008, il a été décoré de la médaille d'or Trade Fair Honorary pour ses nombreuses années de service au sein de la Deutsche Messe AG, qui compte 12 années en tant que vice-président du conseil d'administration. HARTING a été parmi les exposants au HANNOVER MESSE depuis le début du salon industriel, en 1947. En 2009, la ville de Espelkamp, ​​siège du groupe technologique, a conféré la citoyenneté honorifique à Dietmar et Margrit Harting. En 2009, le couple s'est vu décerner la croix fédérale du Mérite, Première Classe.

En 2015, le fils Philip, le petit-fils du fondateur de l'entreprise, est devenu le président troisième génération du Conseil, qui comprend également ses parents, sa sœur Maresa Harting-Hertz et trois responsables qui ne sont pas de la famille. Dietmar Harting est parvenu à remettre une œuvre impressionnante à son successeur. HARTING est l'un des principaux fournisseurs mondiaux en technologie d'interconnexion industrielle, un pionnier et partenaire de l'industrie 4.0. Ses produits innovants, ses solutions et ses services sur mesure, notamment dans le domaine de l'automatisation, de la robotique, du transport, de la numérisation et de la mise en réseau des machines avec le Cloud, le place parmi les meilleurs de l'industrie. Dans le domaine de l'e-mobility, l'entreprise est un fournisseur automobile majeur grâce à son portefeuille de technologie de recharge, soutient la transition énergétique grâce à sa gamme d'offres et de services éoliens et s'est positionnée dans le secteur du commerce de détail avec la création de zones de caisse.

Pour Dietmar Harting, une politique d'entreprise solide, une réflexion stratégique, une forte implication dans l'innovation, la qualité absolue comme norme la plus élevée et une responsabilité sociale sont les principes d'une action entrepreneurial et les conditions sine qua non du succès économique. Cela vaut également pour la région natale de l'entreprise familiale, dans laquelle le célébrant jouit d'un grand respect, en soutenant surtout les sports populaires et d'élite, en promouvant le travail des jeunes et en construisant des installations sportives.

Après avoir démissionné de la présidence du conseil et de la direction opérationnelle de l'entreprise, Dietmar Harting – toujours terre-à-terre et modeste, mais tout aussi infatigable alors qu'à la retraite – s'est consacré aux nouvelles technologies et aux autres sujets d'avenir. Car en plus de l'histoire et de l'archéologie, la technologie, ses perspectives et son potentiel, sont devenus sa – encore plus – grande passion et Dietmar Harting a toujours été conscient de la vision véhiculée par HARTING en 1996 : « Nous voulons façonner le futur avec des technologies pensées pour les gens. »

Non seulement, il est un entrepreneur de start-up avec une entreprise de logiciel à Berlin, mais il est aussi engagé avec passion dans l'agriculture durable et la production d'énergie renouvelable dans sa ferme voisine d'Uchte. Depuis de nombreuses années, Dietmar Harting s'est consacré à réconcilier l'écologie et l'industrie, que ce soit par le biais des efforts soutenus sur les énergies alternatives du Groupe HARTING Technology, qu'en tant que membre fondateur des entreprises de protection du climat et en insistant sur une énergie à 100 pour cent exempte de Co² pour la production. 25 pour cent proviennent de sa propre usine de biométhane à Uchte.

Le fait qu'il se préoccupe de l'avenir est également une évidence dans son rôle de grand-père passionné pour ses huit petit-enfants. Qu'il s'agisse d'énigmes, de puzzles ou de bricolage - avec des références techniques – son mantra est « Fais-le ! »